• Mallworld - S.P. Somtow

    Mallworld - S.P. Somtow

     

    Malgré leur peau bleue et leurs cheveux magenta, les Selespridar sont humanoïdes à 99,8 %. Ça ne les a pas empêchés de construire autour de notre système solaire un champ de forces qui nous retient prisonniers et nous cache les étoiles. Qu'à cela ne tienne, il nous reste Mallworld, le centre commercial le plus fou de l'univers.

    Un million de clients par jour !

    Allez y copuler avec la sculpture en barbe à papa la plus géante de l'univers ! Achetez-y un bébé à morphologie adaptable et personnalité optionnelle ! Si vos goûts vous portent plutôt vers la religion, offrez-vous une castration rituelle entièrement réversible ou revivez la paix solennelle et austère d'une Cène dans un authentique MacDonald reconstitué. Vous ne serez pas déçu !

    Satisfaits ou remboursés !

    Ça faisait un petit moment que je voulais lire du Somtow, mais je n'avais jamais vu aucun de ses livres en librairie ou médiathèque, jusqu'aux Utopiales. Et le résumé de ce recueil de nouvelles m'a tout de suite fait envie.

    Un prologue nous explique la situation rapidement : le Selespridon (singulier de « Selespridar ») chargé de gérer notre système solaire reçoit un supérieur venant constater l'avancement intellectuel et moral de la race humaine afin de décider combien de temps encore la barrière placée au-delà de l'orbite de Saturne restera en place. Pour cela, les deux Selespridar se plongent dans l'esprit de neuf personnes s'étant rendus un jour à Mallworld, le plus grand supermarché de l'univers, en orbite entre Jupiter et la ceinture d'astéroïdes de Kepler.

    Une journée à Mallwolrd

    Comme presque tous les humains, la protagoniste et narratrice de cette nouvelle ne rêve que d'une chose : passer la barrière pour enfin pouvoir admirer les étoiles. Elle se rend donc à Mallworld, le seul endroit du système solaire où elle puisse rencontrer un Selespridon qui acceptera peut-être de la faire passer avec lui.

    Un air de Mallwolrd

    Julian barJulian XIII, membre de la famille possédant Mallworld, nous raconte comment il est passé de joueur m'as-tu-vu de clavichrome à joueur véritablement habité par son instrument et ses sentiments. Une plongée dans les tourments de Mallworld et ses parias.

    Le Vampire de Mallworld

    Un des fils barJulian a un petit problème : tous les 6 heures, il est obligé de se nourrir de sang. Pour assouvir ses besoins, il travaille comme vampire à la Porte de Sortie, magasins des suicides de Mallworld, réversibles ou non. Un journaliste essaie de connaître l'origine de sa curieuse pathologie.

    Rage sur Mallworld

    Une catastrophe se produit dans les cuisine du Galaxy Palace de Mallworld, le restaurant le plus select de l'univers : un maloprop s'est échappé et se balade en liberté dans les 30 kilomètres de long du supermarché. C'est aussi l'occasion d'en apprendre plus sur le cycle de reproduction des Selespridar.

    Mallworld Graffiti

    Comment la vie morne et sans intérêt d'un artiste raté à cause de la drogue se retrouve bouleversée par la rencontre de deux univers, et comment cela va lui regonfler les batteries pour s'opposer à sa façon aux Selespridar.

    La face cachée de Mallworld

    Croque-mitaine, ce n'est pas un boulot de tout repos. Il s'agit de récupérer les enfants de la Trans-Cigogne que les parents n'ont pas pu payer pour les mettre sur le marché de l'occasion. Mais quand un de ses enfants, d'un type très rare et très cher, échappe à son croque-mitaine et s'aventure dans la face cachée de Mallworld, c'est le branle-bas de combat pour le récupérer.

    Les dents de Mallworld

    Un bâtard barJulian demande l'aide un ami qui s'est isolé sur un azroïde afin de convaincre certains membres de sa famille à accorder à son Copuland, un luparcnar, le seing-blanc de la ligue de Juste Jouissance.

    Ambassade à Mallworld

    Des extra-terrestres d'un genre un peu particulier, des rochers avec de nombreux symbiotes, demandent à la Papesse de les aider à ramener chez eux un de leurs ancêtres qui s'est écrasé sur Terre il y a des millénaires. Direction donc ce dépotoir qu'est la Terre pour mener à bien cette mission bien spéciale.

    Le Faucon de Mallworld

    Un autre barJulian, qui essaie de retrouver ses souvenirs après un changement de corps (pour celui d'un insecte géant en trench coat) et un suicide à la Porte de Sortie.

    Toutes ces nouvelles sont racontées à la première personne par le protagoniste et dressent de le portrait d'une civilisation humaine détachée de la Terre dans quelques milliers d'années. Notre époque n'est qu'un magma confus dont émergent quelques traits particuliers, mais dont le sens s'est totalement perdu dans un mélange assez hallucinant pour le lecteur (les Amish qui sont d'affreux païens, l'Amérique découverte par Adam et Ève, Lincoln qui colonise la Lune...). Somtow fait exprès de maltraiter les valeurs et les références qu'on a tous. C'est un exercice que j'aime beaucoup car il permet de se poser des questions et de remettre en question notre propre monde. Cela est renforcé par le sentiment d'infériorité des humains face aux Selespridar et l'exaltation de la grandeur de leur civilisation.

    Au final, c'est un livre qui m'a beaucoup amusée, et je lirai avec plaisir d'autres écrits de Somtow.

    « Carnet de bord - OctobreWastburg - Cédric Ferrand »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Novembre 2014 à 12:07

    Je trouve ça intéressant que ce recueil soit des nouvelles qui parlent du même monde avec les mêmes codes. Ça a l'air très sympa^^

    2
    Vendredi 14 Novembre 2014 à 15:17

    Ça l'est ^^ Et en plus il se moque de notre monde avec beaucoup de finesse, et sans avoir l'air d'y toucher ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :