• Le cycle de Takeshi Kovacs, tome 1 : Carbone modifié - Richard Morgan

    Le cycle de Takeshi Kovacs, tome 1 : Carbone modifié - Richard Morgan

     

    Dans un avenir pas si lointain, la mort n’est plus définitive : vous pouvez sauvegarder votre conscience et vos souvenirs et les réimplanter dans un nouveau corps. De fait, pour Takeshi Kovacs, mourir n’est plus qu’un accident de parcours : il a déjà été tué plusieurs fois. C’étaient les risques du métier dans les Corps diplomatiques, les troupes d’élite du Protectorat des Nations unies expédiées à travers la galaxie. Mais cette fois, on le ramène sur Terre pour mener l’enquête : un riche magnat veut élucider sa propre mort. La police a conclu au suicide. Or, pourquoi se suicider quand on sauvegarde son esprit tous les jours, certain de revenir parmi les vivants ?

    J'avais entendu parler de ce livre par un ami, et le sujet cyberpunk m'avait de suite intéressée. Aussi, quand je suis tombée dessus en librairie, je n'ai pas hésité à me le procurer.

    Tout commence avec Kovacs et sa copine, qui est aussi sa partenaire de boulot : ils ont foiré leur coup, illégal bien sûr, et les forces de l'ordre sont sur le point de leur tomber dessus. Rideau ! On le retrouve dans une cuve, tout juste enveloppé dans un nouveau corps, sans savoir où il se trouve ni pourquoi il y est. Résurrection plutôt violente. On lui apprend rapidement qu'un des hommes les plus puissants de la Terre a exigé ses services pour enquêter sur sa mort, car il n'est pas satisfait du verdict de suicide rendu par la police. Kovacks se retrouve alors plongé dans un sacré panier de crabes, ballotés entre des intérêts variés et divergents, tout en essayant d'assurer son avenir. Car il ne mène pas l'enquête de son plein, mais pour sauver sa peau et éviter une peine de plus de cent ans.

    Car voici une des principales caractéristiques du monde créé par Richard Morgan : la mort n'est en rien définitive, car l'esprit est sauvegardé grâce aux piles corticales ; de ce fait, on peut également changer de corps, mais aussi voir son corps être occupé par quelqu'un d'autre pendant que son propre esprit est stocké tout le temps de la peine. Tout ceci implique un nouveau rapport à la vie, à la mort, ainsi qu'à son corps (je me suis d'ailleurs bien amusée à voir Kovacks se débattre avec le tabagisme du corps qu'il occupe sur Terre). Bien sûr, une telle situation ne peut être acceptée sans réserve par tous, et les lignes de fractures qu'elle crée sont un moteur important de l'intrigue ; Kovacks est en autre confronté aux catholiques terriens qui refusent la résurrection, y compris en cas de mort suspecte. C'est aussi de là que vient le titre du livre, puisque le corps n'est au final qu'une grande masse de molécules de carbone.

    Plus largement, l'univers est largement cyberpunk : la technologie est plus avancée que la nôtre, les IA sont omniprésentes, les grandes entreprises font la loi, les disparités sociales sont énormes, les drogues chimiques aussi bien que technologiques sont monnaie courante, l'intrigue a une certaine coloration politique... Toutefois, cette réalité ne s'applique pour le moment qu'à la Terre, qui est la seule planète abordée dans ce roman, et l'on ne peut pas vraiment dire si elle se rencontre ailleurs dans la galaxie.

    Le livre lorgne pas mal du côté des romans noirs, avec un perso de détective privé plutôt taciturne, avec un passé assez chargé, et tout un éventail de seconds rôles classiques, avec par exemple le flic bourru, le dealer ou la femme fatale, mais le tout est bien utilisé et ne tombe pas dans le cliché. L'enquête est bien menée, on suit le raisonnement de Kovacks (en même temps, il est le narrateur de l'histoire), et le dénouement est clair et cohérent. Elle réserve en plus son lot de fausses pistes et d'intrigues emboitées, ce qui permet de corser juste ce qu'il faut le récit.

    À la fin de ma lecture, j'ai vraiment eu l'impression de lire de livre solide, avec une bonne intrigue et de l'inventivité, même si je ne suis pas certaine qu'il ait mérité son prix Philip K. Dick. Quoi qu'il en soit, je lirai avec plaisir la suite du cycle.

    « Une aventure de Maître Li et de Bœuf Numéro Dix, tome 3 : Huit honorables magiciens - Barry HughartLe cycle des princes d'Ambres, tome 1 : Les neuf princes d'Ambre - Roger Zelazny »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 3 Août 2015 à 21:34

    J'avais adoré ce 1er tome, je trouve ça d'autant plus impressionnant quand on sait que c'est son premier roman :)

    2
    Mardi 4 Août 2015 à 02:53

    C'est clair qu'il maîtrise parfaitement son sujet, et qu'on dirait qu'il a déjà un long passé littéraire derrière lui lors de cette lecture !

    3
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 10:18

    Je suis bien contente de savoir qu'il a judicieusement trouvé le chemin de ma bibliothèque dernièrement ! Une bonne intuition confirmée grâce à toi, merci :-)

    4
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 12:32

    Eh ben j'espère que sa lecture te plaira !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :